• Syndromes d'alcoolisation foetale

    Le syndrome d'alcoolisation foetale concerne chaque année une naissance sur mille. Ces bébés souffriront toute leur vie de déficiences intellectuelles provoquées par la consommation d'alcool durant la grossesse.

    Le syndrome d'alcoolisation foetale

    Le syndrome d'alcoolisation foetale3ème cause de malformation congénitale

    Le syndrome d'alcoolisation foetale (SAF) est considéré comme la troisième cause de retard mental congénital et est à l'origine d'un tiers des naissances prématurées (des études ont révélé une augmentation des avortements spontanés et des accouchements prématurés à partir de 1 à 2 verres par jour seulement). Il est aussi la source de nombreuses malformations physiques sérieuses et de troubles mentaux.

    On lui associe notamment :
    1. Des malformations cranio-faciales caractérisées par une réduction de la taille du crâne, une lèvre supérieure de petite taille, un nez court et retroussé, un rétrécissement des paupières, une mâchoire inférieure plus petite et en retrait. Les risques sont majeurs au cours du premier trimestre de la grossesse, lorsque les organes sont en formation et ces malformations persistent à l'âge adulte.                                        L’alcool consommé par la mère passe la barrière placentaire, il y a donc une exposition in utero à l’alcool du foetus. Le grand syndrome d’alcoolisme foetal qu’il convient de dénommer syndrome d’alcoolisation foetale (SAF) est caractérisé par des modifications morphologiques de la face du nouveau-né, des malformations cardiaques et d’autres organes mais surtout ultérieurement par un déficit intellectuel. Mais il existe aussi des formes mineures de ce syndrome caractérisées essentiellement par un retard du développement intra-utérin, une diminution des capacités intellectuelles, des aptitudes aux apprentissages et des troubles du comportement. Ces troubles ne sont pas anodins, ils font subir un préjudice grave à l’enfant et au futur adulte. Le SAF, dans ses deux variantes, est plus fréquent qu’on ne le pense: pour un enfant trisomique, sept enfants présentant un déficit intellectuel lié à une exposition in utero à l’alcool sont pris en charge dans les établissements spécialisés            
    2. Un retard de croissance global qui persiste aussi à l'âge adulte : ces enfants resteront de petite taille à l'âge adulte.
    3. Des anomalies du système nerveux qui peuvent entraîner des troubles du comportement et un déficit intellectuel sévère.
    4. Des malformations d'organes, souvent au niveau du coeur, des organes génitaux externes et des rticulations.

    A noter
    Il n'est jamais trop tard par arrêter de boire pendant sa grossesse. Les effets de l'alcool vont s'atténuer et peuvent disparaître si une abstinence totale est observée.

    Ces anomalies ne sont pas héréditaires. Un enfant atteint du syndrome d'alcoolisme foetal, s'il ne boit pas lui-même, ne transmettra pas ses malformations à sa descendance. L'alcoolisme du père n'a lui aucune conséquence sur la santé et le développement du foetus.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :